Espace Social Européen | Information professionnelle aux décideurs de la protection sociale
Espace Social Européen, ESE, protection sociale
Cocktail Santé
Vous êtes-ici : SOMMAIRE / Archives ESE 2016 / N° 1100 - 2 au 16 décembre 2016
 
N° 1100 - 2 au 16 décembre 2016
 ÇA BOUGE ! 
 
 PRÉSIDENTIELLES
 Santé, social, sécu, retraite, ce  que veut Fillon.
 
 ÉVÉNEMENT
 Les métamorphoses de la gestion de la Sécu
 « La France fait mieux que l'Allemagne », entretien  avec Henri Lewalle.
 « L'Ucanss accompagne les mutations », entretien avec Didier Malric.
 
 CAHIER LASER 
 Prévoyance
 « Un accès éthique aux données est indispensable », entretien avec Jean-Louis Davet.
 Famille
 Cnaf cherche médiateur indépendant.
 International
 Forum AISS : 10 défis mondiaux.
 
 Dit/Écrit 
 
 Dit/Écrit 
 
Edito
Pascal BEAU - Espace Social Européen
Pascal Beau
Directeur d'Espace Social Européen
 
 SUS AUX SIMPLIFICATIONS !
 
 Cette semaine, nous avons mis l'accent sur les métamorphoses de la gestion de la sécurité sociale. Histoire de mettre en valeur des réalités méconnues par les médias et l'élite du pays, notamment politique, si prompts à pérorer sur la mauvaise gestion du service public. Il serait temps d'ailleurs que ces gens actualisent leur logiciel de pensée sur ce sujet comme sur bien d'autres…
 
 Pour les journalistes et experts, François Fillon est un « bon client », car il fait le « buzz », comme il convient de dire les choses désormais. Pas sûr que tout le monde partage ses idées ni son projet, mais au moins, il incite au débat sur l'économie, le social, les fonctions publiques et, bien sûr, la sécurité sociale et l'assurance maladie. Il y a quelques semaines, nous regrettions, comme beaucoup, que les questions de santé n'intéressent pas les candidats à la présidentielle. Erreur, Fillon met les pieds dans le plat et bouscule. On verra jusqu'où iront les intentions du favori de l'élection présidentielle. D'ici mai prochain, il se passera encore beaucoup de choses. Gardons donc raison et acceptons d'ouvrir la réflexion sur des sujets sensibles sans tabous. D'autant que les choses ne sont pas si univoques que cela. La césure public/privé dans le domaine de la santé nous a toujours paru exagérée au regard des motifs idéologiques exprimés de part et d'autre de l'échiquier politique et professionnel. La pensée binaire systémique qui la sous-tend semble un peu désuète et lassante à force d'être réitérée à longueur d'années sans qu'aucun camp ne dispose d'arguments exclusifs. La France sociale est étroitement sous contrôle d'État et pourtant les inégalités s'accroissent. A contrario, les dérives d'acteurs privés font problème. Bref, la quête de vérités mérite mieux que les simplifications habituelles.
Ainsi, dire que confier une partie des soins courants aux assureurs complémentaires, aux mutuelles notamment, est une voie de privatisation de la sécurité sociale est excessif. Pour être cohérent et éradiquer une bonne fois pour toutes ce danger, il faudrait éliminer du champ de la solidarité tous les acteurs qui ne relèvent pas de la puissance publique. Un schéma dangereux et inutile surtout. Tout a changé depuis plus de 10 ans, et les observateurs sérieux savent que l'assurance complémentaire fonctionne maintenant davantage comme un appendice de l'État et de l'assurance maladie que comme du privé pur.  ■ Pascal Beau
 
EVENEMENT
LES METAMORPHOSES DE LA GESTION DE LA SECU
Une stratégie multicanal dans l'accès aux services, une Sécurité opérationnelle accrue, une implication forte dans les politiques publiques impulsées par l'État, des coûts de gestion abaissés, des réseaux réorganisés, des systèmes d'information plus performants, le bouleversement des missions, des métiers et une politique de ressources humaines en cours de rénovation : la Sécurité sociale change en profondeur. Faits et explications.
 
INTERNATIONAL
FORUM AISS : 10 DEFIS
Le millier de responsables mondiaux de la Sécurité sociale avaient rendez-vous à Panama, mi-novembre dans le cadre du forum international de l'AISS. Point d'orgue de cette manifestation, la présentation d'un rapport intitulé Dix défis mondiaux pour la sécurité sociale, fruit de travaux de recherche et d'analyse, et d'une consultation lancée auprès de 280 ministères et institutions de sécurité sociale du monde entier. Les défis recensés dans ce rapport appuient l'idée que nos organismes de sécurité sociale doivent être renforcés pour pouvoir apporter des réponses concrètes et pertinentes à ces challenges.
 
Défi 1 : Combler les lacunes de la couverture
Dans ce rapport, l'AISS déplore que, bien que de plus en plus de personnes aient accès à une couverture sociale de base et que l'extrême pauvreté recule dans certaines parties du monde, de nombreuses autres passent encore entre les mailles du filet. Les barrières sont identifiées : instabilité politique et immaturité démocratique de certains pays, marché du travail en berne, urbanisation insuffisante, etc.
Quelles solutions ?
 Impulser le financement contributif via l'impôt doit être piloté par les gouvernements et les administrations sociales de manière coordonnée, dans le cadre d'une stratégie à long terme.
 Innover en déployant des solutions de proximité et numériques tels que les guichets uniques ou l'utilisation de solutions mobiles pour le versement des prestations monétaires. La technologie est la clef de voute pour l'amélioration de l'accès à la sécurité sociale.
 
Défi 2 :  Les inégalités aux différentes étapes du parcours de vie
Les systèmes de sécurité sociale sont confrontés à des défis politiques et financiers qui mettent en péril l'adéquation des régimes. Dans le domaine des retraites par exemple, les réformes se sont traduites par l'établissement d'un lien plus étroit entre les cotisations acquittées et les prestations perçues. Le rôle redistributif de la sécurité sociale est potentiellement affaibli par les évolutions des caractéristiques du marché du travail et de l'emploi dans les sociétés à économie mature. De plus, les inégalités de revenu se sont creusées et la pauvreté s'est aggravée dans beaucoup de pays de l'OCDE
Quelles solutions ?
  Renforcer et promouvoir l'investissement social pour accompagner les populations les plus vulnérables face à ces changements.
  Renforcer l'autonomie individuelle pour aider les citoyens à davantage s'auto-responsabiliser.
 
Défi 3 :  Le vieillissement de la population
La population mondiale vieillit. Le nombre de personnes âgées de plus de 60 ans devrait passer de 901 millions en 2015 à 2,1 milliards en 2050 et les deux tiers de cette augmentation se produiront en Asie. Conséquences principales : un déséquilibre entre les recettes et les dépenses, et des régimes de sécurité sociale encore conçus en fonction de parcours professionnels linéaires et stables et de structures familiales nucléaires, donc inadaptés.
Quelles solutions ?
  Renforcer les dispositifs de prévention pour aider les personnes à préparer leurs retraites.
  Favoriser le maintien dans l'emploi pour réduire le risque d'exclusion et de pauvreté.
  Aider les aidants en rationalisant les gains d'efficience et adapter les services face à la progression des maladies chroniques.
 
Défi 4 :  L'emploi des jeunes
Beaucoup de jeunes de 15 à 25 ans éprouvent des difficultés à trouver un emploi stable dans le secteur formel. Certains travaillent dans l'économie informelle ou suivent des études à plein temps. Ces jeunes ne sont pas suffisamment pris en charge par les régimes publics.
Quelles solutions ?
 Coordonner les services : les institutions publiques, les organisations d'employeurs et les syndicats de salariés doivent coopérer pour soutenir l'emploi.
  Intervenir plus vite et de manière plus ciblée en faisant bénéficier les jeunes d'une aide pendant les premiers mois de l'épisode de chômage, idéalement dans le cadre d'un dispositif pour la jeunesse garantissant l'accès à un emploi ou à une formation.
 
Défi 5 :  Les marchés du travail et l'économie numérique
La nature et les modalités du travail connaissent une transformation. Le passage à l'économie numérique va accélérer ce mouvement, de nombreuses fonctions risquent d'être remplacées par la technologie. Les systèmes de sécurité sociale ne sont pas suffisamment préparés pour affronter ces nouveaux modèles de risque.
Quelles solutions ?
  Adapter et amender la réglementation pour protéger les droits et les prestations des travailleurs dans la nouvelle économie.
  Définir la nature des prestations et services dont les citoyens auront besoin et réfléchir aux moyens envisageables pour les financer.
 
Défi 6 :  La santé et les soins de longue durée
Le vieillissement de la population et l'évolution des modes de vie se traduisent par l'apparition de nouveaux défis sanitaires et économiques. Les troubles mentaux représentent désormais environ 12% de la charge de morbidité mondiale. Les maladies non transmissibles (cancer, maladie d'Alzheimer) en progression, ainsi que les soins de longue durée ont un coût élevé.
Quelles solutions ?
  Adopter une approche coordonnée entre les différentes administrations publiques dans les actions de prévention.
  Renforcer ces actions de prévention sur les maladies non transmissibles pour sensibiliser et faire évoluer les comportements via notamment la réalisation de bilan de santé à intervalle régulier.
  Décloisonner les actions et services en soutenant les initiatives d'autres acteurs.
 
Défi 7 :  Les nouveaux risques, chocs et événements extrêmes
Les systèmes de sécurité sociale ont été mis à contribution pour aider les populations victimes des crises économiques, de catastrophes naturelles ou de conflits. Ces situations ont montré que des systèmes mal gérés ne peuvent amortir ces chocs qui impactent l'ensemble d'une société.
Quelles solutions ?
  Être proactif, les organismes de sécurité sociale doivent faire preuve de plus de souplesse dans l'allocation de leurs ressources et de leur capacité à agir.
 
Défi 8 :  La protection des travailleurs migrants
On dénombre plus d'un milliard de migrants dans le monde. Un cinquième d'entre eux seulement bénéficient d'une protection sociale complète. Forcément insuffisant pour couvrir ces populations, mais également pour les insérer dans le tissu social de leur pays d'accueil.
Quelles solutions ?
  Impulser une réflexion globale depuis le sommet des États pour construire de solides fondations juridiques et sociales pour l'accueil des migrants, et assurer la transférabilité des prestations entre le pays de départ et d'accueil.
 
Défi 9 :  La transition technologique
Les technologies de l'information et de la communication transforment les systèmes de sécurité sociale et les relations entre les administrations et le public et soulèvent de nouveaux challenges.
Quelles solutions ?
  Maitriser et développer de nouveaux services visant à renforcer les échanges avec les assurés et à se rapprocher des publics qui ne sont pas couverts.
  Inculquer de nouvelles compétences au personnel.
 
Défi 10 :  Les attentes croissantes de la population
Le développement des médias sociaux et des nouvelles technologies implique de nouvelles demandes et attentes de la part des assurés.
Quelles solutions ?
  Apprendre à connaître les utilisateurs d'un service.
  Adopter des outils électroniques, mobiles et en ligne et échanger sur les bonnes pratiques. De bonnes intentions. Reste à les concrétiser.
 Alexandre Beau
 
Pourquoi les Français n'étaient-ils pas à Panama ?
Traditionnellement, les délégations françaises ont toujours brillé par leurs tailles et par leurs implications dans les forums de l'AISS. Ce ne fut pas le cas cette année. La raison ? Le veto mis par le ministère de la Santé à la participation d'une délégation française à un évènement portant sur la sécurité sociale dans un pays (le Panama en l'occurrence) dépourvu d'un quelconque régime social de base et revenant récemment à la une de l'actualité dans le sinistre dossier des « Panama Papers ». Position logique et de bon sens de la part de la ministre et de son entourage, tant on se rappelle l'épisode, désastreux en termes d'image, des dirigeants de la Sécu partant à Bali participer à un congrès international alors que la France était en situation de grève générale à l'automne 1995.
 
En marge deson forum mondial, l'AISS vient de publier un rapport qui recense
les 10 défis majeurs pour les systèmes internationaux de sécurité sociale
Quelques chiffres illustrent les marges de progression :
61 % de la population mondiale a accès à des prestations santé;
52 % à des prestations vieillesses,
33 % à des prestations d'assurance accident du travail.
 
 
0

 

Mots clés
Actualité Archives Bi-mensuel Chiffres Il se dit que... Newsletters Photo Portrait Rendez-vous Retraites S'abonner Sécurité Sociale Vidéo vide